Confettis Paillettes Pétales Serpentins Discount pour Spectacles Shows et Évènementiels

LE GROSSISTE DE LA FÊTE ET DU SPECTACLE

Tous les Confettis et Paillettes à moins de 30%* toute l'année

Vous trouverez ici dans La Boutique du Spectacle de Shopping+ Confettis et Paillettes en papier en métal sous toutes leurs formes rond, carré, rectangle, étoile,cœur, pétales de rose. Nos confettis et nos paillettes, pour vos fêtes, évènements et Spectacles. Nous sommes les moins chère de France.

   Le Site de la Fêtes Festyfolies -30% ICI       Toutes les Promotions ICI  

30%* - Confettis et Paillettes Pro et Tous nos Sites ShoppingPlus Discount

Tous les Confettis et Paillettes, toutes les formes cœur, rectangle, carré, rond de scène, étoile, neige, nous pouvons aussi sur demande et sur commande vous fabriquer vos confettis à votre forme et à votre couleur et imprimé a votre logo comme vous le désirer. Nos confettis et paillettes sont à la vente suivant le type en 100 gr, 500 gr, 1 kg et 10 kg. Tous nos produits sont qualifié spectacle ignifugé avec sur demande leur fiche technique C.E.

 

 

 

MAINTENANT CI-DESSOUS L'HISTOIRE DU CONFETTI ET SES ORIGINES

Le confetti moderne

Les confettis sont des projectiles inoffensifs et festifs qu'on lance au moment de certaines fêtes et tout particulièrement durant le carnaval.

Initialement, ce furent des dragées, d'où le nom qui lui est resté, puis des boulettes de plâtre, appelés quelquefois en France confetti italiens, et, enfin, aujourd'hui, des petits morceaux de papier ronds de différentes couleurs. On les retrouve très souvent associés au serpentin, appelé aussi à ses débuts spirale ou spirale-opéra, dont la vogue mondiale commença au Carnaval de Paris 1892.

On ignore où le confetti en papier fut précisément inventé. En revanche, il est certain que son lancement mondial eut lieu au Carnaval de Paris en décembre 1891. On les utilisait jadis au carnaval en quantité bien plus importante qu'aujourd'hui. Les confettis en papier étaient couramment vendus au kilo. Il exista aussi autrefois des confettis en papier parfumé.

Où le confetti en papier que nous connaissons aujourd'hui fut-il inventé ? Il a été avancé en France l'hypothèse que ce fut en 1884 à une fête organisée par la presse de Milan, ou au Carnaval de Pau, vers 1880. C'est ce qui est écrit dans un article conservé dans les dossiers « Actualités Carnaval » à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. La réponse à la question de l'origine du confetti actuel parait se trouver en Italie. L'article italien consacré aux confettis indique que c'est en 1875 que furent adoptées les chutes du papier utilisé pour l'élevage du ver à soie, en remplacement du confetti fait de billes en plâtre. L'idée en reviendrait à l'ingénieur Enrico Mangili, de Crescenzago, dans la province de Milan, qui a commencé à en faire le commerce. Selon certains, l'inventeur du confetti moderne en papier serait le physicien atomiste de Trieste Ettore Fenderl.

La vogue mondiale du confetti en papier commença à Paris au début des années 1890. Les journaux parisiens de ces années-là rapportent qu'elle débuta au Casino de Paris, en décembre 1891, à l'initiative de son administrateur, Monsieur Lué. Son père ingénieur à Modane lui aurait fait parvenir les chutes de papier utilisées à cette occasion. Le lancement du nouveau confetti aurait eu lieu au cours d'une fête donnée pour le Carnaval de Paris, alors très grand et qui durait depuis la Saint Martin, le 11 novembre, jusqu'aux Jours Gras en février-mars, avec une reprise pour la Mi-Carême. La paternité du lancement du confetti à Paris est attribuée, sur la partition de la chansonnette « Les Confettis » éditée en 1895, « À Messieurs Borney et Desprez, Innovateur des Confettis Parisiens ».

Initialement chutes de papier perforé utilisé pour l'élevage du ver à soie, le confetti en papier commença à être fabriqué en grande quantité. Paris en exportait y compris à l'étranger. Les commandes comprenaient les couleurs souhaitées. Il fut même fabriqué du confetti doré.

À ses débuts, le confetti était vendu à Paris au kilo ou au verre. L'emploi qui en fut fait avec le serpentin confina à une véritable épopée durant la période 1891-1914 des confettis et serpentins au Carnaval de Paris. Rapportant la journée de la Mi-Carême à Paris, Le Petit Journal écrit que le 21 mars 1895 place de l'Opéra : « On ne songeait qu'à se lancer des confettis par poignées ; le sol en était jonché à ce point qu'on enfonçait dedans jusqu'aux chevilles. »

Qui n'a vu, le lendemain du Mardi Gras et de la Mi-Carême, les chaussées couvertes d'une bouillie polychrome de quinze à vingt centimètres d'épaisseur ? Il ne se dépense pas, à Paris, en une seule journée de carnaval et pour peu que le temps soit beau, moins d'un million de kilos de ces minuscules projectiles. Quant aux serpentins, il faut renoncer tout de bon à compter les kilomètres et les myriamètres qui s'en déroulent.

En 1899, aux débuts du confetti en papier, on voit le romancier Ernest La Jeunesse utiliser l'expression : « être en confetti », pour parler de personnes en Carnaval couvertes de confettis :

Ils franchirent des hommes et des femmes en confetti qui prenaient des apéritifs moins colorés qu'eux, des cris d'intérieur et des rires en vadrouille de crépuscule, enjambèrent des tables de gaîté, entrèrent en une salle isolée du premier.

En 1900 apparaît un néologisme lié aux confettis. Utilisé durant au moins une dizaine d'années, il est aujourd'hui oublié : Confettiste : qui lance des confetti.

La quantité de confettis utilisés au Carnaval de Paris était telle que le lendemain matin des grandes batailles confettistes, l'eau de la Seine à la sortie des égouts parisiens, à Clichy, se métamorphosait subitement en « une immense banquise multicolore ».

Un des hauts lieux des grandes batailles de confettis à Paris était les Grands Boulevards. Au moment du Carnaval de Paris 1896, Jules Claretie relevait même qu'« au lieu de livres, les libraires des boulevards avaient garni leurs étalages de sacs de confettis ; les rondelles du carnaval chassaient l'in-18 et les in-8, débusquaient les romanciers et les poètes ».

17 ans plus tard, en 1913, un journaliste écrit poétiquement, décrivant le Carnaval sur les boulevards :

Le flot compact des promeneurs sur lesquels neigeaient les flocons polychromes des confettis roulait sur les boulevards comme dans un canal illuminé.

Au cours des premières années de son emploi, à chaque Carnaval de Paris, les journaux relevaient les couleurs de confettis qui avaient été à la mode à cette occasion.

 

Le lance-confettis en 1894

La Mi-Carême a été encore plus brillante que les années précédentes. La cavalcade des étudiants et les chars des lavoirs et marchés ont contribué pour beaucoup à l'éclat de cette fête. Un des clous de la journée a été le lance-confettis Cody, élégant fusil miniature lançant un tourbillon de confettis par un gobelet formant espingole. Cet article breveté, lancé par M. H. Daydé, représenté par M. H. Lefrançois, 13, rue Simon-le-Franc, ne pourra manquer d'avoir sa place dans toutes nos fêtes populaires